You are currently viewing Combien ça coûte de jouer d’un instrument de musique ?

Combien ça coûte de jouer d’un instrument de musique ?

Partager

Version vidéo de l’article :

Cette petite définition du musicien a fait le tour des réseaux sociaux il y a quelque temps. Et même si c’est exagéré, elle contient pas mal de vérité.

J’ai trouvé que c’était une bonne manière d’introduire ce nouvel article, car vous vous posez certainement cette question : combien ça coûte de jouer de la musique ?

Et vous avez raison de vous la poser avant de vous lancer, ou avant de passer à l’étape supérieure.

Comme bien souvent, pour répondre à cette question, je vous renvoie à vos propres objectifs.

En effet, vos dépenses vont être très variables suivant votre but.

Pour ma part, j’en distingue 3 :

  • vous jouez chez vous, pour vous,
  • vous jouez en live ou en groupe,
  • vous voulez faire des enregistrements.

Vos dépenses dépendront de ces 3 choix.

Commençons par le cas le plus courant, celui par lequel tout le monde commence :

Vous jouez chez vous.

Tout d’abord, vous avez bien entendu l’achat de votre instrument de musique. Rien qu’à cette étape, vous aurez des frais.

Et même si vous tentez de trouver le moins cher possible, il faudra faire attention.

Si c’est pour l’achat d’un piano, je vous renvoie à l’article “Comment choisir votre piano numérique”, que vous trouverez ici.

Vous devrez choisir une catégorie de prix. Vous devrez faire le choix de prendre un modèle très abordable mais que vous devrez certainement replacer un jour si vous voulez évoluer, ou prendre tout de suite un modèle plus haut de gamme.

Car oui, quel que soit votre instrument, la qualité est importante, et jusqu’à preuve du contraire elle se paie. Même si, bien sûr, il existe de nos jours des compromis en termes de rapport qualité/prix.

C’est quelque chose d’incroyable, car à mon époque, il n’y avait que des pianos acoustiques, et les prix n’étaient pas les mêmes !

Typiquement, en entrée de gamme, vous pouvez compter quelques centaines d’euros, et pour du plus haut de gamme vous passez aux milliers d’euros. Que ce soit pour un piano, une batterie, une guitare, une trompette ou ce que vous voulez, vous êtes à peu près dans cet ordre de prix.

Vous devez en avoir conscience.

Et là, je parle uniquement de l’instrument proprement dit. Si vous êtes guitariste par exemple, il va falloir ajouter régulièrement des jeux de cordes.

Mais surtout, vous aurez besoin quasiment à chaque fois d’accessoires. Et la liste peut être longue suivant les situations.

Pour le piano, vous aurez besoin d’un siège à hauteur réglable, et d’un pied si votre instrument est numérique. L’ordre de prix est en général dans les centaines d’euros pour quelque chose de bonne facture, mais il existe des solutions moins onéreuses.

À voir aussi si vous avez besoin d’un système d’amplification, cela dépend s’il est intégré ou non à votre machine.

Les prix des amplis varient suivant leur qualité et leur puissance. Prenez vraiment ce qui vous convient par rapport à votre usage. Un 200 W pour votre salon est inutile, cher, et en plus encombrant.

Les guitaristes vont certainement s’acheter également des pédales d’effets, dont les prix sont aussi très variables. Souvent quelques dizaines ou centaines d’euros.

Une fois que vous avez votre instrument, vous devrez vous former.

Vous avez premièrement l’achat de partitions, et elles ne sont en général pas données. En plus, de nos jours, elles peuvent être accompagnées d’un CD. C’est super, mais pas gratuit.

Vous avez aussi des tutos gratuits sur YouTube par exemple, mais méfiez-vous : choisissez des chaînes valables car j’ai vu pas mal de vidéos avec des défauts de technique de jeu. Ce n’est bien entendu pas le cas de toutes, loin de là, mais c’est bien plus difficile à repérer quand on est débutant.

L’autre problème est que les vidéos sont détachées les unes des autres, et il n’y a souvent pas de réelle méthode progressive.

Vous avez vos partitions ?

OK. Vous allez certainement prendre des cours.

Vous avez le choix entre les écoles de musique, les cours particuliers, et les formations en ligne.

Pour les écoles de musique, reste à voir si vous en avez une près de chez vous. Et bien souvent, les cours sont très rigides. Vous n’apprendrez pas forcément ce que vous voulez jouer. Mais franchement, cela dépend des écoles.

Et cela dépend aussi de vous : j’ai passé 13 ans en école de musique classique, et je ne m’en plains pas. C’est juste qu’à un moment de ma vie j’ai voulu jouer autre chose.

Voyons les cours particuliers.

Leurs tarifs sont très variables. Suivant le lieu où vous habitez, cela peut aller de 20€ à 50€ de l’heure, et même bien au-delà si vous avez affaire à une pointure.

À voir aussi les déplacements. Soit votre prof est à proximité, soit il faudra faire quelques kilomètres, lui ou vous.

Si vous choisissez cette option, prenez quelqu’un qui correspond vraiment à vos objectifs de jeu. Par exemple la personne ne sera peut-être pas la même si vous voulez jouer du Chopin ou du blues.

Petit conseil en passant : si je devais me trouver un prof particulier, je lui demanderais de me jouer quelque chose. Cela peut être révélateur de son style de prédilection, de sa musicalité, et aussi de ses compétences musicales.

Reste à voir les cours en ligne.

Pour en cerner les avantages, je vous renvoie à l’article sur le sujet que vous trouverez ici.

Les prix sont très variables.

Évidemment, si vous voulez jouer de la pop, du blues ou de rock, je vous conseille bien entendu la mienne.

Mais encore une fois, choisissez suivant VOS goûts.

Mon conseil : ne prenez rien sur un site qui ne vous montre rien gratuitement. Testez d’abord les conseils donnés pour avoir une idée de la méthode, et voyez si ça vous parle.

Le jeu en groupe

Voyons maintenant le cas où vous voulez jouer en groupe et en concert.

Tout d’abord, vous devrez investir dans un système d’amplification plus puissant. Il faudra qu’il soit adapté à vos scènes. Je parle ici de puissance, et la puissance, ça coûte cher !

Pour des petites scènes, ça ira (quelques centaines d’euros), mais pour les plus grandes, voyez si le lieu est déjà sonorisé ou non, car la facture s’allonge très vite.

Un bon compromis est d’acheter des enceintes amplifiées. Comme celles-ci par exemple, qui rencontrent beaucoup de succès :

Encore une fois, adaptez la puissance au type de lieu.

Certains vous diront qu’elles ne sont pas assez haut de gamme. Pour ma part, elles me dépannent bien. Et elles peuvent même me servir de retour.

Vient ensuite la table de mixage. Et là, les prix grimpent très vite. Si vous êtes seul ou en très petite formation, vous pouvez acheter une petite table 4 ou 8 pistes pas trop chère.

Mais si vous êtes nombreux, ou que vous avez besoin de beaucoup d’entrées et d’auxiliaires, les prix montent en flèches. Et vous n’avez pas le choix.

Analysez donc bien votre configuration de groupe, et achetez en conséquence.

Vous devrez aussi prévoir toute une série de câbles, avec quelques-uns en réserve. Si votre jack ou XLR vous lâche en concert, cela peut devenir un vrai cauchemar ! Prévoyez donc du matos de secours.

Pour des prestations, vous aurez aussi besoin de micros. Le grand classique pour le chant en live est le SM58, que vous trouverez ici :

Enfin, il vous faudra un local de répétition, et dans ce cas on adore son ami batteur qui joue dans son garage ou dans sa cave insonorisée.

Si vous ne pouvez pas vous arranger entre vous, alors il faudra peut-être payer une location de salle de répétition.

Et pour l’enregistrement ?

Pour finir, si vous voulez vous enregistrer en studio, il va falloir ouvrir votre porte-monnaie. Les prix sont variables, mais se comptent à 4 chiffres en général.

Et si vous vous voulez vous enregistrer vous-même, il y aura des investissements aussi (PC, carte son, micros, logiciels, effets). Ces achats vous permettront d’enregistrer tout ce que vous voulez, quand vous voulez. À l’époque du numérique, pour le prix de l’enregistrement d’un album, vous pouvez vous acheter du matos tout-à-fait correct, et enregistrer tout ce que vous voudrez chez vous.

Pour les personnes de ma génération et celles d’avant, c’est complètement incroyable, parce qu’il y a 20 ans, c’était totalement impossible.

Mais dans ce cas, je préfère vous avertir, prévoyez un budget et du temps pour vous former : on ne devient pas ingé-son du jour au lendemain, cela demande du boulot. En plus, il faudra aussi travailler votre oreille. Les compétences d’un ingé-son chevronné valent de l’or, et c’est aussi cela que vous payez en studio.

Viendront ensuite les frais de pressage CD et SDRM, éventuellement d’infographie pour la pochette et les affiches, les frais de vidéos si vous voulez réaliser un clip, et on l’oublie souvent, la pub et la com.

Un musicien aime en général le matos. Que ce soit pour acheter un nouvel instrument, des accessoires ou des effets, cela donne beaucoup d’idées pour Papa Noël et pour les anniversaires !

Oui, cela peut parfois revenir cher, mais la musique nous le rend autrement.

Les expériences, bonnes comme mauvaises, nous apportent toujours. Cela ne doit pas vous freiner, le plaisir musical est incroyable (et fait la fortune de Thomann, qui lui, ne connaît apparemment pas la crise).

Pour terminer, voici une autre blagounette trouvée dans les réseaux sociaux :

À bientôt !

Partager

Laisser un commentaire