Les fous du piano

Comment jouer en arpège… et les faire sonner ?

Partager

Version vidéo de l’article :

Vous voulez un jeu très pianistique ?

Quand on joue en accords, vous pouvez utiliser les arpèges.

Mais peut-être que vous tournez en rond, ou que vous avez du mal à les faire sonner. Cela demande un peu de technique et de discipline de jeu pour arriver à les rendre jolis et à les varier.

Voici donc une multitude de conseils pour jouer en arpèges, rien que pour vous…

Pour illustrer mes propos, j’utiliserai l’enchaînement des accords de Do et Sol.

Je partirai de l’exemple le plus simple, pour aller beaucoup plus loin. Peut-être que vous trouverez les premiers éléments trop faciles pour vous, mais restez avec nous jusqu’à la fin car il y aura des choses un peu plus complexes plus loin dans la vidéo.

Tout d’abord, vous devez savoir qu’un arpège est par définition un accord scandé, c’est-à-dire qu’il faudra jouer les notes de l’accord de façon étalée dans le temps, et non simultanément.

Donc, si je joue l’arpège le plus simple de l’accord de Do, il me suffit d’enchaîner les notes do-mi et sol.

Avec l’accord de sol, nous jouerons donc les notes sol-si et , ou bien si-ré et sol si j’utilise le renversement afin d’éviter les déplacements (vidéo à 1’30).

Comment rendre plus musical cet enchaînement ?

Tout d’abord, vous pouvez ajouter de la pédale de sustain. Soyez vigilent et écoutez-vous ! Sinon, cela risque de devenir un vrai brouhaha confus.

Je vous conseille de relever la pédale au moins à chaque changement d’accord. Faites-le de sorte que le son soit naturel, en évitant des coupures sonores trop franches.

Cela sert à lier les notes, et il faut le faire de façon naturelle (vidéo à 2’35).

Ensuite, il faudrait ajouter une main gauche. Le plus simple est de jouer la fondamentale de chaque accord, c’est-à-dire les notes do et sol, qui donnent leur nom aux accords.

Vous marquez la première des 3 notes (vidéo à 4’10).

Variantes possibles :

– Vous pouvez aussi doubler cette note de basse à l’octave.

– À la main gauche, vous alternez la note avec la même à l’octave supérieure.

Vous avez maintenant un arpège qui ressemble à quelque chose. On va maintenant développer en donnant des variantes pour enrichir votre jeu.

Dans les exemples précédents, vous aviez un cycle de 3 notes. Cela peut donc servir pour une mesure en 3/4 par exemple, ou pour une mesure ternaire (mouvement par 3). Voyons maintenant comment faire des cycles de 4 notes.

La première solution consiste à faire des allers-retours. Do-mi-sol devient donc do-mi-sol-mi (vidéo à 6’22).

Une autre variante sera de doubler une des notes de l’accord. Il est très courant de doubler la fondamentale (ici do), mais vous pouvez doubler n’importe laquelle des 3 notes.

Évidemment, tout ce que je vous ai dit précédemment est valable. Vous pouvez faire des allers-retours, en choisissant le nombre de notes en fonction du mouvement que vous voulez : binaire ou ternaire.

Dans ce cas, vous allez devoir écarter vos doigts pour pouvoir jouer des octaves. Dans l’exemple, vous utiliserez les doigtés 1-2-3-5.

Techniquement, si vous n’avez pas l’habitude, il faudra pivoter votre poignet et surtout, SURTOUT, ne pas bouger le coude !

J’en parle souvent, mais c’est très très important : vous ne devez pas faire la danse des canards en jouant (vidéo à 7’40).

Enfin, vous pouvez jouer les notes dans l’ordre que vous voulez. Vous pourrez ainsi être créatif. Par exemple, vous avez cet arpège assez courant : do-mi-sol-do-do(+8)-sol-mi-sol (vidéo à 8’45).

Maintenant, nous allons éviter la lassitude en trouvant des variantes. Comme d’habitude, le maître mot sera l’expressivité.

Ne jouez pas comme un robot, et ajoutez des nuances.

Ensuite, il faut régler le problème de la main gauche. En effet, si vous jouez tout le temps sur les temps forts, votre audience s’en rendra compte.

Vous devez donc varier votre main gauche.

Je vous avais dit de choisir entre jouer la fondamentale, la doubler à l’octave et alterner les 2 notes.

Tentez donc maintenant de passer de l’une à l’autre de ces solutions, dans le même morceau.

Maintenant, utilisez ces notes en changeant de rythme. Soyez cohérent avec votre main droite.

Si vous jouez avec un accompagnement, essayer de suivre l’impulsion donnée par la batterie. Cela ne veut pas dire qu’il faut jouer en même temps que chaque élément de batterie, juste de suivre son groove, son feeling.

Ce sera à vous de trouver quelque chose qui colle au style choisi. Bien entendu, si vous prenez un tempo rapide, vous aurez du mal si vous n’avez pas l’habitude, partez donc sur quelque chose de lent au départ.

Jouer sur des rythmes vous fera progresser. D’une part, c’est plus stimulant qu’un métronome, d’autre part, cela vous apportera une culture rythmique.

Et quand vous jouerez sans accompagnement, vous aurez acquis certains réflexes, et cela enrichira votre façon de jouer.

Comment trouver des rythmes ?

Vous tapez “rythme de batterie” sur Google, et vous trouverez plusieurs sites qui en proposent. Par exemple, celui-ci :

Sinon, si vous avez un synthé, vous aurez l’embarras du choix, et vous pourrez même varier le tempo.

Comment marquer des impulsions sur des temps forts ?

J’ai une petite astuce à vous donner.

C’est quelque chose que je faisais sans même m’en rendre compte. Quand j’ai élaboré ma méthode et qu’il a fallu mettre au clair ma façon de jouer les morceaux, cela m’a ouvert les yeux.

Il s’agit de jouer plusieurs notes de l’accord à certains moments.

Au lieu de jouer strictement une seule note à la fois, vous pouvez marquer certains temps forts en jouant 2 ou 3 notes. Pour le reste, vous continuez votre arpège (vidéo à 12’26).

Comment enrichir votre arpège ?

Maintenant que nous avons vu les notes et quelques rythmes, vous pouvez encore améliorer les choses. Vous pouvez par exemple ajouter une note étrangère à l’accord.

Bien entendu, il ne s’agit pas de prendre n’importe quelle note. Vous devez prendre une note qui appartient à la gamme qui correspond à la tonalité de votre morceau.

Dans notre exemple, en DO majeur, vous avez donc le choix entre do, ré, mi, fa, sol, la et si. En fait, toutes les notes sans altération.

Tentez différentes choses. Vous verrez que chaque note apportera une couleur différente.

Par exemple, pour l’accord de DO, si vous ajoutez un Si, cela sonnera comme un accord de 7e majeur.

Si vous ajouter un La ou un , le résultat est souvent très naturel, et votre interprétation s’en trouvera vraiment grandie. À force, vous aurez vos positions préférées (vidéo à 14’57).

Voyons maintenant les arpèges à la main gauche.

On les utilise surtout pour accompagner une mélodie à la main droite. Si vous jouez seul (sans bassiste), ce sera à vous de marquer la fondamentale de l’accord.

Par exemple, pour notre accord de DO, jouez un do dans vos graves (et non un mi ou un sol), sauf dans le cas d’un accord renversé.

Pour le reste, tout ce que je vous ai indiqué précédemment reste valable. Il vous faudra par contre bien caler votre arpège par rapport à la mélodie, et au rythme de la chanson.

Un exemple courant d’arpège main gauche sur l’accord de DO :

do-sol-mi-sol-do(+8)-sol-mi-sol (vidéo à 17’05).

Les arpèges des 2 mains

Ce n’est pas forcément quelque chose que j’utilise souvent.

Vous avez 3 solutions :

  • Soit vous arpégez avec vos 2 mains simultanément, en jouant les même notes des 2 mains. Dans ce cas, vous utiliserez les éléments que je vous ai donné jusqu’à présent. Par contre, soyez vigilent car votre jeu devra être précis et synchronisé.
  • Idem mais en jouant des notes différentes avec vos 2 mains. Dans ce cas, méfiez-vous des notes étrangères, ça risque de sérieusement coincer !
  • Soit vous arpégez en enchaînant main gauche et main droite et inversement. Soyez bien régulier.

Ces 3 plans sont des choses à utiliser avec modération à mon avis, c’est-à-dire par exemple pendant des ponts dans une chanson, quelque chose qui ne dure pas dans le temps.

Maintenant, à vous de voir ! (vidéo à 18’30)

Vidéo à 20’40

Comment travailler vos arpèges ?

Vous avez pas mal d’éléments sur les arpèges. Mais je voudrais ajouter ici la façon de les travailler, histoire d’être le plus exhaustif possible.

Comme d’habitude, il vous faudra un travail lent et régulier. Travaillez avec un métronome ou un rythme de batterie, lentement, et en comptant tout haut. Je sais que ça vous embête, mais c’est pour la bonne cause !

Accentuez les temps forts, c’est-à-dire jouer plus fort à ces endroits. Cela vous aidera non seulement à être régulier, mais en plus vous gagnerez en synchronisation des mains

Beaucoup d’arpèges ont été à la base des 71 exercices sur un accord que vous trouverez en cliquant ici.

Non seulement cela vous fera travailler votre technique, mais en plus vous aurez une bonne liste d’arpèges à jouer dans tous les sens, et en plus vous pourrez les recaser.

Enfin, j’ai volontairement évité de parler des arpèges sur plusieurs octaves, puisque je les ai déjà évoqués dans l’article Comment se déplacer sur tout le clavier, ici.

Et comme je sais que vous les appréciez, j’ai récapitulé dans un PDF la liste des éléments expliqués ici. Comme cela, vous pourrez vous en servir de pense-bête quand vous travaillerez.

Vous pouvez le télécharger en cliquant ici.

Vous avez maintenant largement de quoi jouer en arpèges.

Surtout ne tentez pas d’utiliser toutes les techniques que je vous ai indiquées d’un seul coup. Partez du début, et enrichissez petit-à-petit.

Ce type de jeu est très pianistique, et j’espère que cela vous apportera beaucoup de plaisir de jeu.

Partager
0

Add a Comment


Propulsé par WishList Member - Logiciel d'adhésion