Quelle est la différence entre binaire et ternaire ?

Quelle est la différence entre binaire et ternaire ?

Partager

Version vidéo de l’article :

Comment savoir si un morceau est binaire ou ternaire ?

Pourquoi est-ce si important de le savoir ?

On m’a plusieurs fois posé cette question sur ce site des Fous du Piano. Aujourd’hui, vous saurez tout sur cette notion binaire/ternaire, avec en fin d’article des applications et des exemples concrets.

Tout d’abord, on pourrait croire que ce n’est pas forcément important. Après tout, ce ne sont que des conventions, comme on va le voir plus loin.

Mais c’est plus important qu’on pourrait le croire.

Savoir si un morceau est binaire ou ternaire changera votre interprétation, votre feeling de jeu.

Je vais tout d’abord vous donner quelques petits éléments théoriques, très rapidement, et on va ensuite passer à la pratique.

Vous verrez, la théorie sera courte au début, mais nécessaire. Ensuite, je vous donnerai une astuce pour ne plus vous tromper, et enfin on passera à la pratique avec des morceaux pour comprendre le feeling, très important.

Les mesures

Un petit rappel très rapide sur les mesures pour bien fixer les choses.

Je vous rappelle que la mesure est indiquée au début de chaque partition, ici 4/4 :

Je vais prendre ici les 6 mesures les plus courantes pour simplifier au maximum.

Le dénominateur, le nombre du bas, indique une valeur. Vous devez au début en connaître deux :

  • 4 représente une noire,
  • 8 représente une croche.

Et c’est tout pour commencer. Toute la suite sera construite à partir de cela.

Le numérateur, le nombre du haut, indique combien j’en ai par mesure.

Vous allez voir, c’est très simple !

  • 2/4 signifie 2 noires par mesure
  • 3/4 signifie 3 noires par mesure
  • 4/4 signifie 4 noires par mesure
  • 6/8 signifie 6 croches par mesure
  • 9/8 signifie 9 croches par mesure
  • 12/8 signifie 12 croches par mesure.

Vous voyez qu’un fois qu’on sait que le 4 représente une noire, et le 8 une croche, on comprend tout de suite ce que je vais retrouver dans une mesure.

Je vous donne maintenant la règle binaire/ternaire, c’est la seconde chose à savoir :

Les mesures binaires ont le numérateur 2, 3 ou 4, et les mesures ternaires ont le numérateur 6, 9 ou 12.

Un point, c’est tout !

Exemple 1 :

Reprenons cet exemple de mesure binaire :

Dans une mesure binaire, vous allez retrouver différentes valeurs rythmiques, et souvent des croches. Les croches allant par 2, vous en aurez 2 par temps.

C’est à cause de ce 2 qu’on va appeler cela binaire !

Alors là, je vous imagine derrière votre écran, à crier :  » Au scandale ! Mais que nous racontes-tu là ? Dans les mesures à 2/4, 3/4 et 4/4, il n’y a pas que des croches ! Il y a aussi des triolets ! Et les triolets, ça va par 3 ! »

Exact.

Oui, il peut y avoir des triolet, mais ce n’est pas ce qu’il y a en majorité.

J’y reviendrai un peu plus loin.

Passons à…

L’exemple 2 :

Voici 2 extraits de partitions ternaires :

Dans une partition ternaire, vous avez à chaque fois des groupes de 3 croches (ou des équivalents comme une noire pointée, ou une noire et une croche, etc.).

C’est ce groupement par 3 qui donne le nom de ternaire !

Binaire : par 2
Ternaire : par 3

Voilà, c’est bien beau tout ça, mais qu’est-ce que ça change ?

C’est vrai que pour l’instant, nous n’avons vu que des conventions d’écriture.

Il vous manque un dernier élément pour pouvoir convertir tout cela en feeling : le temps.

En binaire, c’est le plus simple, le nombre de temps équivaut au numérateur. Ce sont ces temps que vous pouvez marquer en tapant dans vos mains, par exemple.

Donc, en 4/4, vous avez 4 temps. Et vous pouvez taper ces 4 temps.

En ternaire, vous allez plutôt taper sur la première croche de chaque série de 3.

Donc, en 6/8, vous allez taper 2 fois (sur les nombres en gras) :

1 2 3 4 5 6

En 9/8, vous allez taper 3 fois :

1 2 3 4 5 6 7 8 9

Et en 12/8, vous allez taper 4 fois :

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12

Et là, on ressent bien les battements par 3.

Je reviendrai là-dessus un peu plus loin, nous compterons différemment pour simplifier.

Un dernier élément théorique pour bien comprendre : les mesures équivalentes

Voici un tout dernier élément pour bien comprendre.

Pour ceux et celles qui en veulent toujours plus, il est possible de convertir une mesure binaire en mesure ternaire et inversement grâce à des conventions d’écriture.

Voici comment trouver ces correspondances…

Pour trouver la mesure ternaire équivalente à une mesure binaire, il y a une petite formule mathématique.

Ne vous inquiétez pas si vous n’êtes pas super balaise en math. Vous devez juste savoir que les fractions en musique ne fonctionnent pas de la même manière que sur les bancs d’école.

Et si vous n’avez pas envie de calculer, ce n’est franchement par un problème parce que je vais vous donner ces équivalences.

En math, il faut multiplier en haut et en bas par le même nombre, alors qu’en musique, il faut multiplier le numérateur par 3 et le dénominateur par 2.

Bien entendu, je vous montre tout de suite (les afficher-infographie mesures équivalentes.jpeg) :

  • 2/4 : 2×3=6, 4×2=8, donc nous obtenons 6/8
  • 3/4 : 3×3=6, 4×2=8, donc nous obtenons 9/8
  • 4/4 : 4×3=6, 4×2=8, donc nous obtenons 12/8

Vous avez ici les principales équivalences.

Vous pouvez donc passer de l’un à l’autre, mais dans ce cas l’écriture varie forcément.

Voici des exemples d’équivalence :

Un triolet de croches en 2/4 donnera des simples croches en 6/8.

Ces écritures reviennent au même.

Si le mouvement par 3 dure longtemps, on va bien entendu privilégier l’écriture ternaire en 6/8.

Autre exemple :

2 croches en 2/4 donneront ce qu’on appelle un duolet en 6/8.

Encore une fois, les écritures sont équivalentes. Mais si le mouvement général du morceau va par 2, la première écriture est largement préférable et beaucoup plus simple.

Donc finalement, même s’il existe des équivalences, les mesures binaires et ternaires simplifient les écritures des rythmes dans les partitions.

Mais pourquoi je vous embête avec cette théorie ? L’astuce pour ne plus vous tromper !

J’espère que cette théorie n’a pas été trop difficile, mais elle était nécessaire pour comprendre le feeling du morceau.

Ça y est : c’est fini !

Vous allez voir maintenant comment compter pour ne plus vous tromper entre binaire et ternaire.

Tout va s’éclaircir ici avec une astuce.

Je vais prendre comme exemple une mesure en 4/4. C’est ce qu’il y a de plus courant dans la musique actuelle.

Vous pouvez compter les temps en tapant dans vos mains :

1 – 2 – 3 – 4

En 4/4, donc en binaire, on peut compter aussi les croches. Nos amis batteurs utilisent le « et » pour y arriver.

Ils comptent ainsi :

1 – et – 2 – et – 3 – et – 4 – et

On ressent tout-à-fait le mouvement par 2.

Nous avons vu que 4/4 avait pour équivalent la mesure en 12/8.

L’astuce consiste à ne pas compter 1-2-3-4-5-6-7-8-9-10-11-12, mais à 4 temps en utilisant le mot « et » pour la seconde croche, et « puis » pour la troisième croche.

Et cela donne ceci, qui est très simple :

1 – et – puis – 2 – et – puis – 3 – et puis – 4 – et – puis

On a bien le mouvement par 3.

Pour les mesures à 2 temps et 3 temps, c’est la même chose, vous l’aurez compris, en comptant respectivement jusqu’à 2 ou 3.

Et là, tout est dit !

Pour résumer :

  • Si en comptant vous avez des « et » (1 – et – 2 – et – 3 – et – 4 – et) => c’est binaire !
  • Si en comptant vous avez des « et puis » (1 – et – puis – 2 – et – puis – 3 – et puis – 4 – et – puis) => c’est ternaire !

Et là ça y est : vous avez tout ce qu’il vous faut pour distinguer le binaire du ternaire !

Maintenant, on passe à la pratique…

Le mouvement rythmique et le feeling

Pour passer à la pratique, on va demander à notre ami batteur de nous jouer un rythme binaire. Je vous invite à regarder la vidéo à 11’25.

Si je compte, on entend bien le mouvement par deux donné par les croches. On compte 1 et 2 et 3 et 4 et.

Bien. On va maintenant écouter un rythme ternaire dans la vidéo à 13′.

Dans ce cas, on compte 1 et puis 2 et puis 3 et puis 4 et puis.

Vous avez vraiment ici 2 exemples qui montrent bien comment jouer en binaire et en ternaire. Avec une batterie, c’est plus facile à repérer. Il faut aussi s’entraîner à les repérer dans tous styles de musique.

Maintenant, voici le gros problème…

La confusion du 3/4 !

3/4 est une mesure à trois temps => OK

Donc, pour le jouer, je compte par 3 => OK

Par exemple, une valse, je compte 1-2-3 => OK

Donc 3/4 est une mesure ternaire => HÉ NON !!!!!

Pour un morceau à 3 temps en binaire (en 3/4), on compte :

1 – et – 2 – et – 3 – et

Et pour un morceau à 3 temps en ternaire (en 9/8), on compte :

1 – et – puis – 2 – et – puis – 3 – et – puis

Pour qu’un morceau à 3 temps soit ternaire, il faudrait qu’il soit écrite en 9/8. Petit exemple au piano dans la vidéo à 15’15.
Voici un exemple en 3/4, type « valse » en binaire :

Et voici un exemple en ternaire, le feeling est très différent :

Récapitulons !

Pour résumer, quand vous entendez un morceau, compter en même temps.

Si vous avez des « et », c’est du binaire (mouvement par 2), et si vous avez des « et puis », c’est du ternaire (mouvement par 3).

Pour finir, je vous propose un petit jeu d’écoute !

Vous le trouverez dans la vidéo à 16’40.

Il s’agit d’écouter 2 extraits et d’identifier celui qui est binaire, et celui qui est ternaire.

Les réponses sont ci-dessous, mais ne trichez pas !

Ça y est ? Vous avez trouvé ?

Voici les réponses :

Le premier est ternaire, et le second est binaire.

Pour vous entraîner, prenez l’habitude d’analyser ce que vous écoutez, et tentez de retrouver le mouvement par 2 ou 3. Prenez cela comme un jeu.

Pour les musiques avec batterie, c’est peut-être un peu plus simple, c’est donc un bon point de départ !

Ensuite, passez à la pratique.

Comment, me direz-vous ?

Hé bien en jouant les 71 exercices sur un seul accord que vous trouverez ici.

Vous verrez que certains sont binaires et d’autres ternaires. Les arpèges sont en effet un bon moyen de différencier les 2 au piano.

Il y a de quoi faire, donc bon courage !

Partager

Cet article a 4 commentaires

  1. Super ..extra….j’adore vos explications et leur simplicité .C’est un vieux prof de maths qui vous écris .

    1. Ludomus

      Bonjour,
      En étant prof de maths, vous avez dû réagir à la façon de calculer les mesures équivalentes entre binaire et ternaire. Je suis content que les vidéos vous plaisent.
      À bientôt pour la suite et merci pour le commentaire !

  2. Alain

    Alors là. Moi qui me demandais comment j’allais comprendre le rythme. Tout s’est éclairci d’un seul coup.
    Tes explications avec le petit quiz final, c’est vraiment le top.
    Merciheu non
    Un grand merci

    1. Ludomus

      Bonjour,
      Merci beaucoup ! Je suis content que cela serve. Il suffit parfois d’avoir un petit déclic avec juste l’information qui manquait pour avancer.
      À bientôt !

Laisser un commentaire