Les fous du piano

Des degrés en musique ? Chaud Chaud CHAUD !

Partager

Version vidéo de l’article :

Des degrés ? En musique ?

Mais qu’est-ce que c’est que cette bébête-là ? Et à quoi ça sert ?

Vous allez voir que la notion de degré est vraiment très utile, par exemple pour jouer dans toutes les tonalités.

La notion de base n’est pas bien compliquée, et je vais vous montrer comment utiliser ces degrés avec des exemples concrets.

À 0’35 de la vidéo, je vous joue 4 extraits très courts avec des accords plaqués.

Tous ces enchaînements reviennent au même en termes de degrés.

Alors, qu’est-ce qu’un degré en musique ?

Pour vous l’expliquer, prenons la gamme de Do majeur comme exemple. Nous allons tout simplement numéroter les notes de cette gamme avec des chiffres romains :

Maintenant, faisons la même chose en complétant avec les accords parfaits qui correspondent à cette gamme :

Donc en Do majeur :

  • Le degré I correspond à l’accord de Do
  • Le degré II correspond à l’accord de Ré m
  • Le degré III correspond à l’accord de Mi m
  • Le degré IV correspond à l’accord de Fa
  • Le degré V correspond à l’accord de Sol
  • Le degré VI correspond à l’accord de La m
  • Le degré VII correspond à l’accord de Si dim

Hé bien, ça y est : vous connaissez la notion de degrés !

Oui, mais à quoi ça sert ?

Vous pouvez maintenant transformer la grille d’accords de votre morceau en chiffres romains.

Exemple d’une grille en Do majeur :

Do Lam / Rém Sol /

Vous pouvez la transformer en :

I VI / II V /

OK, vous voilà bien avancé. Mais ça ne nous aide pas beaucoup.

Utilité n°1 : Changer les tonalités

Vous pouvez jouer cette grille dans toutes les tonalités possibles.

Si je chiffre la gamme de Sol majeur comme précédemment, cela me donne ceci :

  • Le degré I correspond à l’accord de Sol
  • Le degré II correspond à l’accord de La m
  • Le degré III correspond à l’accord de Si m
  • Le degré IV correspond à l’accord de Do
  • Le degré V correspond à l’accord de Ré
  • Le degré VI correspond à l’accord de Mi m
  • Le degré VII correspond à l’accord de Fa# dim

I VI / II V / devient donc :

Sol Mim / Lam Ré /

Petite remarque : les accords majeurs restent majeurs et les accords mineurs restent mineurs. Du coup, la grille devient très facile à trouver.

Je vais vous enchaîner les 2, comme ça vous entendrez les points communs : voir vidéo à 3’55.

Et je peux faire ainsi pour toutes les tonalités.

Avec l’habitude, la transposition devient plus facile que de compter les tons et les demi-tons à ajouter ou enlever.

Utilité n°2 : Les grilles traditionnelles

Il y a plusieurs grilles très connues. Par exemple celle des accords magiques, dont je parle dans cet article (lien ici).

Vous pouvez aussi utiliser la grille blues, que voici, avec des accords de septième :

Et là, ça commence à devenir sacrément intéressant. Il n’y a qu’un seul tableau à mémoriser, et vous pouvez la jouer dans toutes les tonalités, et la retrouver facilement.

Dans un premier temps, je ne vous demande pas de me transformer à vue chaque tableau dans chaque tonalité, utilisez le bon vieux duo papier/crayon.

En Do, vous aurez donc :

Et en Sol :

Utilité n°3 : Les cadences

Les cadences sont des enchaînements d’accords. Certaines sont très connues, comme par exemple la cadence parfaite suivante, très utilisée en fin de morceau. La voici :

IV / V / I

Ça vous dit quelque chose, n’est-ce pas ?

Je vous la fais écouter en Do majeur, vidéo à 6’40, et en Sol majeur à 6’48.

Utilité n°4 : Les degrés forts et les degrés faibles

Cette notion est importante pour votre interprétation. Il faut distinguer les degrés forts, c’est-à-dire ceux qui marquent vraiment la tonalité, et les degrés faibles.

Les degrés les plus forts sont le I, le IV et le V.

Les autres sont faibles.

Concrètement, dans votre morceau, vous pourrez marquer les degrés forts dans votre interprétation, par rapport aux autres.

Par exemple, si une phrase musicale se termine sur un IIe degré, rien de sert de le marquer à outrance. Mais une fin de phrase sur un Ve peut être accentuée.

Ce ne sont pas des règles d’or, mais ça vous donne quand même quelques indications.

Quand je vous disais que la compréhension théorique était nécessaire à une bonne interprétation, vous êtes en plein dedans !

Les noms des degrés

Comme on aime nommer les choses, chaque degré a un nom spécifique. Les voici :

I tonique

II sus-tonique

III médiante

IV sous-dominante

V dominante

VI sus-dominante

VII sensible ou sous-tonique suivant le cas

Si vous ne les apprenez pas, ce n’est pas grave. Les principaux étant la tonique et le dominant (le I et le V).

Peut-être que vous vous posez la question suivante : « Et si l’accord n’est pas parfait ? »

C’est vrai que nous avons vu uniquement le cas où nous n’utilisons que ce type d’accords. Mais vous savez qu’il existe d’autres accords : 7e, 7M, dim, aug, etc.

Il vous suffira d’inclure ces codes au-dessus des chiffres romains :

7

I / IV / V / I

Bon OK, et maintenant que se passe-t-il s’il y a des altérations, ou des accords étrangers à la gamme ?

Idem, on ajoute les informations avec des # ou des bémols suivant le cas.

Par exemple une quinte diminuée s’écrira :

b5

IV

Et si vous voulez un accord de Sib en tonalité de Do, vous pourrez l’écrire ainsi :

bVII

Tous les chiffrages sont donc possibles.

Dans mon jeune temps, j’ai reçu des cours d’harmonie classique. Avec mon prof, on harmonisait des chorales de Bach.

Le principe était le suivant : j’avais une grille écrite par le grand maître, par exemple celle-ci :

Et mon travail consistait à la transformer en partition écrite. Je ne le savais pas encore, mais c’était un travail d’arrangement. Cela donnait par exemple ceci :

J’ai ressorti tout ça de mes archives rien que pour vous, afin de vous montrer l’importance de la notion.

Il ne suffisait pas d’écrire les notes des accords, il y avait aussi des règles très strictes et complexes en musique classique. Mais là on s’éloigne du sujet, je vous l’indique pour la culture.

Autre chose à savoir : il existe quelques différences entre le chiffrage classique et le chiffrage moderne. Méfiez-vous si jamais vous vous mettez à lire des livres théoriques sur ce sujet.

Voilà, je pense que vous avez tout ce qu’il vous faut pour bien commencer avec les degrés.

Si cela vous semble compliqué, ce n’est pas trop grave. Tentez d’abord une phase d’analyse.

Vous avez une grille d’accords ? Essayez d’écrire au crayon les numéros des degrés en-dessous.

Et vous verrez que petit-à-petit cela deviendra non seulement facile, mais en plus vous verrez que de nombreux titres sont construits sur des grilles identiques.

À force, vous les repèrerez, et vous développerez des réflexes d’interprétation, et la mémorisation sera de plus en plus facile.

Bon courage !

Partager
8

Commentaires

  1. Annie  janvier 18, 2020

    bonjour,
    Merci pour vos vœux . Bonne année 2020 à vous.
    L’article sur les degrés en musique est intéressant mais du fait que je commence le piano, je n’ai pas tout compris.
    Je ne connaissais que les noms des degrés sans savoir à quoi cela servait. Néanmoins, merci pour vos articles.
    A bientôt

    répondre
    • Ludomus  janvier 18, 2020

      Bonjour,
      Malheureusement, on apprend souvent des notions théoriques sans avoir d’application pratique.
      C’est pourquoi j’essaie toujours d’en fournir. Puisque vous commencez, il est normal d’avoir quelques difficultés à comprendre ces notions. Mais en lisant l’article plusieurs fois et en pratiquant le jeu en accords, tout deviendra de plus en plus clair.
      À bientôt !

      répondre
  2. Denis Samuel  janvier 18, 2020

    Merci pour ce texte trés utile .je apris beaucoup pa mal de chose

    répondre
    • Ludomus  janvier 18, 2020

      Bonjour,
      Merci pour le commentaire. Les degrés en musique sont une notion importante, et je suis content que cela vous soit utile.
      À bientôt !

      répondre
  3. HOUSSAY René  janvier 19, 2020

    Merci Ludo pour ton travail concret et passionné, je regarde tout cela avec grand intérêt quel boulot ! en tout cas c’est très bien fait
    Amitiés et encouragement à toi

    Bonne année 2020 en musique
    René

    répondre
    • Ludomus  janvier 19, 2020

      Bonjour,
      Merci beaucoup pour ce commentaire, cela me fait très plaisir.
      Meilleurs vœux musicaux également pour 2020.
      À bientôt !

      répondre
  4. René  février 1, 2020

    Salut Ludo,
    Le mail d’aujourd’hui m’a fait revenir vers cet article ou j’avais décroché…
    Ce matin, avec la méthode du vieux de la vieille que je suis, j’ai pris papier et crayon et
    j’ai calculé les intervalles pour y voir plus clair dans ces gammes et leurs accords.
    Je vais tester ta grille de Blues sur mon piano…

    Y a t-il un nom pour les degrés entre II et III (accord Ré de la gamme Do) , III et IV (accord Mi), VI et VII (accord La), et supérieur à VII (accord Si) ? Suis je clair ?
    On voit parfois les degrés écrits en minuscule du genre « vii », y a t-il une raison particulière ?

    Merci à toi.

    répondre
    • Ludomus  février 1, 2020

      Bonjour,
      Les noms des degrés sont indiqués dans l’article, les voici :
      I tonique
      II sus-tonique
      III médiante
      IV sous-dominante
      V dominante
      VI sus-dominante
      VII sensible ou sous-tonique suivant le cas
      Si j’ai bien compris, vous cherchez des degrés entre II et III, etc. Ce qui correspondrait à Ré # en Do majeur ? Comme ces notes n’appartiennent pas à la gamme de Do majeur, il n’y a pas de degré spécifiques pour eux. Mais on peut écrire dans ce cas #II. 
      Certaines personnes écrivent les chiffres romains en minuscules pour indiquer les accords mineurs, et en majuscules pour les accords majeurs, mais en fait pour des accords plus complexes cela ne fonctionne pas. Ce système n’a strictement rien d’officiel et est source d’erreurs.
      Il faut donc utiliser les chiffres romains avec des majuscules uniquement.
      À bientôt.

      répondre

Ajouter un commentaire


Propulsé par WishList Member - Logiciel d'adhésion