Les fous du piano

Comment utiliser la pédale de sustain ?

Partager

Version vidéo de l’article :

Vous avez du mal à jouer avec votre pédale de sustain ?

Peut-être aussi que vous avez des soucis pour la synchroniser avec les autres membres ?

C’est vrai que vous devez déjà coordonner vos 2 mains, alors ajouter un 3e membre ne facilite pas l’affaire…

En plus, sur certaines partitions ou grilles d’accords, vous n’avez strictement aucune indication, et il va bien falloir vous en sortir.

Comme c’est un problème assez récurrent, je me suis dit que ce serait une bonne idée de faire un article sur la pédale afin de fixer les choses une fois pour toute.

Je vous montrerai comment elle fonctionne, comment vous devrez vous positionner, comment l’utiliser et dans quelles circonstances.

Comment fonctionne-t-elle ?

Beaucoup d’entre vous jouent sur les pianos numériques, mais il est bon de rappeler le fonctionnement du mécanisme de la pédale sur un piano acoustique.

En temps normal, lorsque vous appuyez sur une touche, vous avez un petit marteau qui frappe les cordes. Mais vous avez aussi un feutre qui s’en éloigne. Quand vous relâchez la touche, le feutre reprend sa position initiale pour étouffer le son.

Ainsi, on entend la note uniquement quand la touche est appuyée.

La pédale de sustain permet d’annuler l’effet des feutres. Du coup, quand vous relâchez la touche, le feutre ne vient plus étouffer le son, et vous l’entendrez jusqu’à ce que vous releviez la pédale (vidéo à 1’57).

Les pianos numériques simulent cette fonctionnalité. J’ai même entendu des émulations qui reproduisaient le bruit du mécanisme lors de l’enfoncement et du relâchement.

C’est vous dire le degré du réalisme.

Perfection, quand tu nous tiens…

Je voudrais ajouter une petite précision pour les pianos numériques. Si vous avez un modèle de scène, c’est-à-dire sans le meuble, on vous donnera certainement une petite pédale à brancher sur votre clavier.

Et j’en ai eu des problèmes avec ce genre de pédale !

Elle n’est ni lourde, ni fixée au sol, et sur scène j’ai maintes fois été embêté car elle s’éloignait au fur et à mesure que je l’utilisais.

Et quand votre morceau dure un moment, vous ne pouvez pas vous arrêter pour aller rechercher votre pédale ! Tout en jouant, il fallait jongler avec mes 2 pieds pour tenter de rapprocher la bête.

J’ai tout essayé. J’ai même acheté du revêtement de skateboard pour la poser dessus et éviter que ça glisse.

Rien n’y fait !

La seule solution que j’ai trouvée est de mettre une valise ou un flight case juste derrière pour éviter qu’elle recule. Si vous avez une autre astuce : je suis preneur dans les commentaires !

J’ai rencontré un autre problème avec le numérique.

Je ne me rappelle plus dans quelles circonstances, mais je n’avais plus de pédale. J’en ai donc branché une autre que j’avais sous la main. Et elle était d’une autre marque.

Et tout était inversé !

Quand j’appuyais, c’est comme si elle était enfoncée et vice-versa.

Je serais maintenant incapable de vous dire quelles marques. Mais j’ai acheté une pédale de secours au cas où, et celle-ci possède un petit bouton qui permet d’inverser le signal au cas où.

Si vous achetez une pédale de rechange en cas de panne, prenez donc garde à ce qu’elle possède cette fonctionnalité, sinon vous avez une chance sur deux d’aller au mur ! (vidéo à 5′)

Bien se positionner pour toucher les pédales

La bonne position n’est pas forcément celle qu’on a à l’esprit de prime abord. Vous ne devez pas vous asseoir au milieu de votre siège, mais au bord.

Cela vous permettra d’accéder à la pédale en gardant une bonne position des jambes.

C’est un problème que j’ai rencontré enfant, car le siège doit être assez haut pour que les poignets soient bien positionnés, et assez bas pour toucher les pédales. Autant dire qu’à moins de 10 ans, ce n’est pas forcément évident !

L’écriture sur partition

Les indications sont parfois écrites sur certaines partitions. Dans ce cas-là, vous avez de la chance !

La notation est “Ped” quand vous devez appuyer dessus, et une étoile quand vous devez la relâcher.

Surtout, vous devez commencer par travailler votre partition SANS mettre la pédale. Vous l’ajouterez lorsque vous démarrerez la phase d’interprétation avec nuances.

Comme à ce moment-là le déchiffrage des mains est normalement acquis, l’introduction de la pédale ne devrait pas poser trop de problème.

Malheureusement, la pédale n’est pas toujours écrite, et dans ce cas, vous devrez vous adapter.

Comment utiliser votre pédale ?

La pédale a pour utilité de laisser sonner les notes. Cela permet une plus forte liaison entre elles.

Mais le 2e effet Kiss Cool est que vous risquez une sacrée cacophonie si vous la laissez enfoncée trop longtemps.

Le premier conseil que je peux vous donner est donc de vous ÉCOUTER.

Cela n’a l’air de rien dit comme ça, vous pensez peut-être même que c’est inutile de le dire à des musiciens, mais vous ne pouvez pas imaginer le nombre de personnes qui jouent sans s’écouter.

Ils ont les yeux rivés sur la partition, ou en pleine concentration pour éviter des fausses notes, mais pas d’écoute de soi.

Or, c’est extrêmement important, et pas seulement pour la pédale !

Écoutez-vous, tenez compte des sonorités qui sortent de votre instrument et jouez-en dans votre interprétation.

Votre feeling en dépend.

Le second conseil est de penser à relever la pédale à chaque changement d’accord. Ce n’est pas une règle absolue, mais c’est un bon début.

Relevez la pédale juste avant de jouer l’accord suivant, sinon vous mélangerez les 2. Et vous la rabaissez sur le temps du nouvel accord.

Fréquemment, vous appuierez donc sur le temps.

Évidemment, si votre accord dure trop longtemps, pensez à la relever de temps-en-temps, mais là il n’y a pas de règle : cela dépend du morceau et aussi de la vitesse d’interprétation.

J’en reviens au point n°1 : écoutez-vous !

Troisièmement, si vous mettez de la pédale en fin de morceau, faites attention à bien contrôler la fin du son.

Souvent, il faut laisser mourir l’accord final, et relever la pédale trop brusquement saccagera purement et simplement votre morceau.

Prenez donc bien le temps de finir votre morceau et de ne pas être trop pressé d’en finir.

Soyez musical !

Enfin, voici mon dernier conseil et pas des moindre : n’en abusez pas !

Avec l’habitude, on utilise la pédale par reflexe. Cela devient automatique. Mais certains morceaux n’en demandent pas, ou pas tout le temps.

Si vous devenez un furieux de la pédale, que vous la mettez à toutes les sauces, vous allez lasser votre auditoire.

Pensez donc de temps-en-temps à volontairement jouer sans, et écoutez bien si vous avez plus à perdre ou à gagner à en ajouter.

Encore une fois, c’est l’écoute qui le déterminera.

Vous avez maintenant de quoi utiliser votre pédale à bon escient. Si vous l’utilisez correctement, elle enrichira votre jeu, mais le maître mot reste l’ÉCOUTE.

Vous êtes ici dans le domaine des nuances et de l’interprétation, et c’est votre objectif.

Bon courage.

Articles connexes :

Comment apprendre 317 chansons en 5 minutes ?

71 exercices techniques sur un seul accord

Débutants : commencez ici !

Partager
4

Commentaires

  1. Loisel Jersen  mai 4, 2019

    Pourquoi on arrivent pas à télécharger vos vidéos ici pour les regarder après ?

    répondre
    • Ludomus  mai 4, 2019

      Bonjour,
      Les vidéos sont hébergées par YouTube. Cela doit faire partie de leur politique de téléchargement.
      À bientôt

      répondre
  2. Jean-Pierre Taczynski  mai 11, 2019

    Bonsoir Ludo,

    D’abord merci pour tous vos conseils.
    Pour éviter de voir la pédale glisser sous le clavier, utiliser du scotch double face comme celui des poseurs de revêtement de sols.Le problème sera réglé sans aucune difficulté.
    Cordialement

    répondre
    • Ludomus  mai 12, 2019

      Bonjour,
      Merci pour la suggestion !
      À bientôt et bon courage

      répondre

Ajouter un commentaire


Propulsé par WishList Member - Logiciel d'adhésion